Recherche avancée

Coopération au développement et action humanitaire > Actualités Coopération > Visite de travail du directeur exécutif du Fonds des Nati... >

Visite de travail du directeur exécutif du Fonds des Nations unies pour la population

Publié le jeudi 20 octobre 2011

Le 20 octobre 2011, le docteur Babatunde Osotimehin, directeur exécutif du Fonds des Nations unies (UNFPA), a effectué une visite de travail au Luxembourg où il a rencontré la ministre de la Coopération au développement et de l’Action humanitaire, Marie-Josée Jacobs.

Au cours d’une conférence de presse, la ministre a indiqué quelques priorités de l’action de l’UNFPA comme la santé des femmes qui ont des enfants à un âge très jeune, la lutte contre l’excision et la fistule obstétrique. Elle a également rappelé qu’avec une contribution annuelle de 5,2 millions d’euros en 2011 le Luxembourg se situe à la 14e place des bailleurs de fonds du Fonds.

Le docteur Osotimehin a tenu à se rendre au Luxembourg dès la première année de son mandat afin de remercier le gouvernement luxembourgeois pour son soutien concernant l’amélioration de la situation des femmes en leur fournissant des services et des droits liés à la santé procréative. « Ce que nous avons pu faire jusqu’à présent constitue une réussite énorme », a-t-il ajouté. Ainsi, quelque 6.000 communautés ont aboli l’excision. D’un autre côté, 215 millions de femmes n’ont toujours pas accès à des services de planification familiale, même si l’UNFPA a constaté que le pourcentage de femmes au Niger par exemple utilisant des moyens de contraception a augmenté, entre 2006 et 2011, de 5 à 20 pour cent.

Le directeur exécutif de l’UNFPA a indiqué que le 31 octobre prochain la population mondiale dépassera le cap des 7 milliards. Parmi eux se trouvent 1,8 milliards de jeunes âgés entre 10 et 24 ans, représentant plus d'un quart de la population mondiale et dont près de 90 % vivent dans les pays en développement. « Nous voulons leur donner la possibilité de faire des choix dans leur vie. Si nous réussissons, nous aurons un monde meilleur », a conclu le docteur Osotimehin.

Retour