Recherche avancée

Coopération au développement et action humanitaire > Actualités Coopération > Le Rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’... >

Le Rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’alimentation en visite à Luxembourg

Publié le lundi 13 février 2012

La ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire, Marie-Josée Jacobs, a reçu aujourd’hui le Rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’alimentation, Olivier De Schutter, pour un échange de vue sur la faim et la malnutrition à travers le monde.

La ministre a constaté que des changements positifs ont eu lieu ces dernières années, mais qu’il reste des efforts énormes à franchir pour atteindre le premier objectif du Millénaire pour le développement. « Pour éliminer la pauvreté, le droit à l’alimentation est certainement le plus important instrument », a souligné Marie-Josée Jacobs. Et d’ajouter : « Pour réussir, il faut par exemple rendre les chemins plus accessibles pour les petits agriculteurs indépendants locaux. Leur mission n’est pas seulement de produire, mais également de créer des plus-values par la vente de leurs produits. »

Le mandat du Rapporteur spécial prévoit de « promouvoir la pleine réalisation du droit à l’alimentation et l’adoption de mesures aux niveaux national, régional et international ». Ainsi, Olivier De Schutter coopère avec les gouvernements de toutes les régions du monde, mais aussi avec les agences des Nations unies et d’autres organisations internationales, le secteur privé et la société civile et présente annuellement des rapports thématiques.

Son rapport de mars 2013 portera sur le rôle des femmes dans l’agriculture des pays en développement. Il constate que les femmes exercent pour la plupart les activités agricoles, alors que moins de 20% d’entre elles ont accès aux terres et aux bénéfices. De futurs rapports auront comme sujet la qualité de la nutrition, la pèche et les aspects institutionnels du droit à l’alimentation.

A la fin de l’entrevue, le professeur de droit de l’Université de Louvain-la-Neuve a signé un accord avec la Coopération luxembourgeoise. Cet accord pour les trois années à venir lui permet de continuer ses travaux sur l’insécurité alimentaire, la faim et la malnutrition.

Retour